lundi 28 avril 2014

DEFAILLANCES D ENTREPRISES AU 1ER TRIMESTRE 2014

DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES AU 1ER TRIMESTRE 2014


Altares, membre du réseau Dun & Bradstreet et acteur incontournable de l’information BtoB, publiait le 15 avril sa dernière étude trimestrielle sur les défaillances et les sauvegardes d’entreprises du 1er trimestre 2014.

Avant de parler des mauvaises nouvelles (il y en a), réjouissons nous de la baisse significative du nombre de défaillances des entreprises employant plus de 50 salariés. Seules 113 d'entre elles ont été contraintes de déposer leur bilan au 1er trimestre. L'an dernier, à la même période, on comptait 156 dépôts de bilan. Il est d'ailleurs intéressant de noter que le nombre d'entreprises de plus de 50 salariés, à bénéficier d'une procédure de sauvegarde, baisse lui aussi de façon importante : 17 contre 32 en 2013.



Le responsable des études d'Altares, Thierry Millon, souligne cependant la grande fragilité de ces PME. Il est très réservé sur les chances de redressement de ces entreprises.



Situation catastrophique pour les micro-entreprises

Tout irait pour le mieux, s'il n'y avait pas de TPE... mais elles représentent 97 % des entreprises françaises et il est donc difficile de faire l'impasse sur leur situation ! Ces défaillances des microentreprises s'envolent de plus de 13,5 % sur le premier trimestre 2014.

Ces TPE, qui n'emploient pas de personnel, avaient mieux résisté que celles employant des salariés. Ces entreprises ayant moins de charges et de contraintes qu'un employeur, le dirigeant réduit ses dépenses au minimum, puise dans son capital personnel et attend le retour de la demande.

La faiblesse de la consommation, les dernières augmentations d'impôts ou les réductions d'aides aux ménages mettent ces entrepreneurs en danger et les activités B2C sont particulièrement touchées.

Dans cette dernière étude d'Altarès, Thierry Millon, le responsable des études, nous informe que les métiers les plus proches du consommateur sont tous en difficulté.
  1.     la vente à distance + 41,2%
  2.     les boucheries + 23,3 %
  3.     les opticiens + 18 %
  4.     les épiceries + 17,9 %
  5.     les pharmacies + 15 %
  6.     les artisans boulangers + 14,1 %
  7.     les coiffeurs + 13,1 %
  8.     les activités médicales liées à la santé humaine + 12 %
  9.     le prêt à porter + 6,8 %
  10.     la restauration rapide + 5,8 %
Secteur de la construction


Dans notre article du 18 avril, nous évoquions la situation du secteur du bâtiment. Il représente toujours un quart des dépôts de bilan. Deux activités sont particulièrement en difficultés :
  • Les travaux de revêtement des sols et des murs.
  • La menuiserie.
La chute du nombre de permis de construire est inquiétante pour les entreprises du secteur du bâtiment.

"Reprise" dans l'industrie manufacturière et le commerce inter-entreprises

Les défaillances d'entreprises diminuent dans ces deux secteurs. Les difficultés de trésorerie y sont davantage anticipée que l'an dernier, car le nombre de plans de sauvegarde augmentent légèrement.

Attention, cependant à ne pas tirer de conclusions trop hâtives, car on observait déjà cette tendance au1er trimestre 2013 et sur l'ensemble de l'année l'amélioration ne s'était pas vérifiée.

Une activité en grave difficulté : l'élevage

Crédit Photo© Photo-libre.fr


Ce secteur de l'élevage, ne fait pas la "une" des journaux ou des communiqués de presse. Cependant, dans le sillage des gros dépôts de bilan de l'industrie agroalimentaire (Doux, Gad) en 2012 et 2013, ce secteur enregistre une très forte augmentation du nombre de défaillances.

Les dépôts de bilan avaient augmenté de 15,3 % en 2013. Pour mémoire, en 2006, 221 éleveurs avaient déposé le bilan.... ils étaient 437 en 2013.

L'année 2014 commence mal dans ce secteur avec 130 dépôts de bilan, contre 89 au premier trimestre 2013, soit + 46,1 %.



-----
OuestGEST, Conseil en crédit management, assiste les dirigeants et leurs équipes pour réduire le risque-client, diminuer les impayés et améliorer la trésorerie et les performances de l'entreprise.


www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire