lundi 3 mars 2014

COUT DES DEFAILLANCES D'ENTREPRISES

COUT DES DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES
PANORAMA COFACE HIVER 2014



Le 12 février 2014, l'assureur-crédit Coface a publié le Baromètre des défaillances d'entreprises de 2013, ainsi qu'une étude sur le transport routier de marchandises en France.

Article dans le journal Les Echos : Défaillances d'entreprises record en 2013

Défaillances d'entreprises :
  • 63 452 défaillances, soit une augmentation de 5,3% par rapport à 2012, et davantage qu'en 2009 où Coface avait relevé 63 204 défaillances.
  • Un coût financier des défaillances encore en hausse à 4,82 milliards d'euros.
  • 211 716 emplois menacés.
Les chiffres annoncés par Coface sont différents de ceux produits par Altares car les méthodes de calculs diffèrent.
                                                            COFACE                          ALTARES

Nombre de défaillances                           63 452                              63 101
Emplois menacés                                   211 716                            269 300

Coface note une diminution des défaillances des entreprises individuelles à 16 261 mais une assez forte augmentation de celles des sociétés commerciales. Au niveau de l'emploi, c'est relativement inquiétant car ces entreprises emploient généralement beaucoup plus de salariés (en moyenne 4) qu'une entreprise individuelle (en moyenne 1).

Le coût des défaillances reflètent cette évolution, car selon Coface, la défaillance d'une entreprise individuelle coûte en moyenne 2 500 euros alors que celle d'une société s'élève à 120 000 euros.

Les secteurs les plus touchés :

En dehors de la Chimie, tous les secteurs d'activité enregistrent une dégradation.

Les services aux particuliers, la distribution et le secteur "électronique-informatique-telecom" enregistrent les plus fortes dégradations. Cependant, les défaillances d'entreprises du secteur bâtiment-construction restent de très loin les plus nombreuses avec 20 425 dépôts de bilan. (voir l'article du Moniteur du BTP : ici)

Enfin, le secteur automobile-transport conjugue à la fois les problèmes liés à la conjoncture économique et des difficultés structurelles.

Le transport routier de marchandises :

L'étude réalisée par Grzegorz Sielewicz et Halid Ait Yahia, de la Direction de la recherche économique de Coface et par Carole Boisselet, Responsable Coface de branche arbitrage Europe de l’Ouest mérite une lecture attentive.

Les entreprises françaises de transport routier sont victimes du développement de la concurrence dans les pays d'Europe centrale et orientale (PECO), en particulier de la Pologne et de la Roumanie. Cette concurrence a provoqué l'effondrement de la part des entreprises françaises dans le transport routier international.

Les entreprises françaises se sont donc repliées sur le marché français et la concurrence acharnée a fait des ravages sur les marges de ces entreprises, le taux de marge brute passant de 16 % en 2000 à moins de 10 % en 2011. Sur cette période, l'augmentation du prix du gazole est de 77 %.

La désindustrialisation de l'économie française et les difficultés du secteur BTP ont également privé les transporteurs hexagonaux, d'un important volume de marchandises.

Enfin,Carole Boisselet souligne que 75 % des transporteurs français ont moins de 5 salariés.

Le Baromètre des défaillances d'entreprises de 2013 de Coface est disponible à l'adresse ci-dessous :

http://www.coface.com/fr/Actualites-Publications/Publications/Le-transport-routier-de-marchandise-francais-face-a-des-difficultes-conjoncturelles-et-des-problemes-structurels

---


Aucun commentaire:

Publier un commentaire