vendredi 28 février 2014

PAS ASSEZ DE MARGE POUR L'EMPLOI



L'article de Pierre-Henri de MENTHON dans le 377ème numéro du magazine Challenges est consacré au sondage réalisé par Opinionway et la Banque Palatine pour I Télé et Challenges.

Étude quantitative réalisée auprès d’un échantillon de 308 dirigeants d’entreprises (PDG, DG, DAF, ...) dont le chiffre d’affaires est compris entre 15 et 500 millions d’euros / La représentativité de l’échantillon a été assurée par un redressement en termes de secteurs d’activité et de chiffre d’affaires / L’échantillon a été interrogé par téléphone sur système CATI du 30 janvier au 7 février 2014.

Ce sondage aborde les thèmes suivants :
  • baisse des charges
  • confiance
  • activité
  • emploi
Pour 80 % des dirigeants de PME, la baisse des charges est désormais une priorité pour la France. 47 % des dirigeants pensent que cela permettrait de créer de l'emploi dans son entreprise, c'est presque autant que ceux qui pensent investir 52 %. Embaucher du personnel, c'est aussi investir dans l'humain !




Cependant, la confiance n'est toujours pas au rendez-vous.Ils ne sont que 20 % à avoir confiance dans l'économie française, mais ce n'est que le reflet de la défiance générale vis à vis des dirigeants nationaux. Les autres pays de la zone euro ne font guère mieux. C'est assez inquiétant car au même moment la confiance dans l'économie mondiale progresse à 61 %.

Croissance des PIB en 2013 :

Allemagne               + 0,4 %
France                   + 0,3 %
Italie                       + 0,1 %
Espagne                  - 1,2 %
Pologne                  + 1,6 %
Grande Bretagne     + 1,9 %
USA                       + 1,9 %
Japon                      +1,6 %
Chine                      + 7,7 %
Inde                        + 4,6 %
Brésil                      + 2,3 %
Russie                     + 1,4 %

La baisse des charges (cotisations familiales) prévue dans le pacte de responsabilité annoncé par le Président de la république, est perçue comme un dispositif différent des dispositifs existants pour 53 % des dirigeants. La grande différence par rapport aux autres dispositifs est que le projet supprime une cotisation et impacte donc tous les salariés. Les nombreux allègements, y compris le CICE, accordaient des réductions de charges pour les bas salaires.

Ces allègements de charges présentent plusieurs gros défauts :
- de nombreuses personnes y voient un cadeau aux entreprises,
- ils créent une pression à la baisse des salaires,
- ils ne s'appliquent pas aux salaires des personnels les plus qualifiés, or ce sont ces emplois qu'il faut développer.

Visiblement, rien n'est encore joué car le Premier Ministre a évoqué dernièrement... un allègement sur les bas salaires contrairement aux attentes des syndicats d'employeurs : 

A voir, la réaction du patron du MEDEF dans le journal Libération  goo.gl/9DacZi

Au niveau de leur activité, les dirigeants des PME-ETI sont relativement confiants et seuls 16 % s'attendent à une baisse de l'activité de leur entreprise. Ils ne sont cependant qu'une minorité (39 %) à envisager une augmentation du chiffre d'affaires.

Enfin, concernant l'emploi, la stabilité semble être la règle : peu de diminution d'effectif, peu d'augmentation.






---



Aucun commentaire:

Publier un commentaire