lundi 18 août 2014

FRANCE : L'INVESTISSEMENT EN PANNE

FRANCE : L'INVESTISSEMENT EN PANNE

crédit photo : photo-libre

Taux d'investissement des entreprises en baisse à 19,3 % dans la zone euro

Il s'agit du taux d'investissement brut des entreprises non financières  : la formation brute de capital fixe divisée par la valeur ajoutée brute. Ce ratio met en rapport les investissements des entreprises non financières en actifs fixes (bâtiments, machines, etc.) et la valeur ajoutée créée au cours du processus de production.

Le communiqué de presse d'Eurostat (lien pdf), du 29 juillet dernier, ne fait que confirmer les prévisions.




France : diminution régulière de l'investissement des ménages et des entreprises.

1) Cet investissement des ménages est constitué de l'acquisition et de la production des logements des ménages. Au cours du dernier trimestre, le nombre de permis de construire a de nouveau reculé : - 12,5 % selon le ministère du développement durable. Voici ci-dessous, le bulletin n° 543 "observation et statistique" du Commissariat général au développement durable, avec les chiffres à fin juin 2014. Ces éléments concernent l'intégralité de la construction de logements, sans distinction de l'origine ménages ou professionnels des constructions.




2) Depuis plusieurs années, la France enregistre un recul des investissements des entreprises. Depuis le plus haut niveau atteint début 2008, les investissements sont en retrait de presque 10%, cependant l'évolution des investissements diverge selon les activités. Ainsi, la tendance dans l'investissement dans les services marchands demeure à un niveau élevé. En revanche, pour les produits manufacturés l'investissement trimestriel des entreprises reste inférieur de près de 4 milliards d'euros au maximum et stagne depuis 3 ans.

Les investissements dans la construction subissent une diminution régulière depuis 4 ans.




 Pour quelles raisons les investissements diminuent-ils ?

 Pour les ménages, la principale raison est sans aucun doute la hausse continue du chômage. Le retournement de la courbe du chômage attendu pour fin 2012, puis fin 2013, puis fin 2014.... est même disparu du discours politique. Pour de nombreux français, cette épée de Damoclès freine leur désir de devenir propriétaire de leur logement. De plus, l'entrée en application de la RT 2012 a renchéri le prix de la construction. Par contre, les taux d'intérêts sont actuellement très faibles.

Les motivations d'investir sont légèrement différentes pour les entreprises, mais elles rejoignent celles des ménages. L'anticipation d'un accroissement de l'activité et les perspectives de débouchés futurs sont principales motivations pour effectuer des investissements offensifs. Tant que les dirigeants des TPE ne verront pas leur chiffre d'affaires repartir à la hausse, leurs investissements resteront réduits au minimum. De plus, pour investir il faut avoir confiance en l'avenir et le dernier baromètre Ifop-Fiducial n'augure rien de bon.

Selon une étude d'Euler Hermès, la première dépense des PME/ETI en investissement s'établirait ainsi :

  • 59 % : investissement de renouvellement, de mise aux normes ou d'amélioration de la productivité.
  • 21 % : augmentation des capacités de production.
  •   8 % : innovation, recherche et développement.
  •   6 % : croissance externe.
  •   5 % : diversification.
 
-----
OuestGEST, Conseil en gestion de PME, assiste les dirigeants et leurs équipes pour réduire le risque-client, diminuer les impayés et améliorer la trésorerie et les performances de l'entreprise.


www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire