jeudi 21 juin 2012

22/06/2012 - AMELIORER LA TRESORERIE - PARTIE 2

Améliorer la trésorerie en finançant différemment vos investissements


L'autofinancement et le prêt bancaire court-moyen terme :


On rencontre fréquemment les deux cas extrêmes :
  • le dirigeant veut emprunter la totalité de son investissement (l'entreprise n'a aucun apport),
  • le dirigeant veut autofinancer intégralement l'investissement sans faire appel à l'emprunt.
Sachez que qu'il est plus facile d'emprunter pour financer un investissement que pour régler un problème de trésorerie !

Votre banquier sera plus enclin à financer votre projet si vous lui prouvez que vous y croyez en l'autofinançant en partie.

Pour améliorer la trésorerie de l'entreprise, il est cependant nécessaire de savoir limiter l'autofinancement des investissements. Emprunter 70 % des fonds nécessaires pour l'investissement et limiter l'autofinancement à environ 30 % permet à l'entreprise de démontrer le sérieux de son engagement, mais sans compromettre l'équilibre de sa trésorerie. Pour que l'investissement ne se transforme pas en cauchemar GARDER DU CASH. 


Les actionnaires :

L'entreprise peut également faire appel à ses actionnaires pour une augmentation de capital ou un apport en compte courant. L'apport en compte courant est davantage une solution à un problème ponctuel car les fonds mis à la disposition de l'entreprise peuvent être facilement retirés.


Les pouvoirs publics :


D'autre part il existe également certaines possibilités d'augmenter les fonds propres de l'entreprise grâce à la Caisse des dépôts et consignations. Pour plus d'informations : http://www.caissedesdepots.fr

Par exemple, le fonds national pour la société numérique :  investissement dans les PME innovantes du secteur du numérique (pdf).

De son côté, OSEO  propose certaines aides ou financements : avances remboursables, aides à l'exportation, prêts bonifiés, aides à l'investissement immobilier, matériel ou croissance externe. Toutes ces aides accessibles aux PME évoluent régulièrement. Pour plus d'informations : www.oseo.fr

L'intervention d'OSEO est un gage de sérieux et aide l'entreprise à obtenir un prêt bancaire traditionnel complémentaire.

Si votre projet d'investissement ou de développement concerne d'export, consultez le site de COFACE : http://www.coface.fr il existe plusieurs types d'aides que la Coface gère pour le compte de l'état : prospection, préfinancement, caution, change, assurance-crédit, assurance-investissement.

Les fonds européens, l'état, les régions (et les départements !) subventionnent parfois les investissements, mais ces aides disparaissent. De plus, chaque région ou département détermine ses priorités. Ainsi une aide accessible dans les Pays de la Loire peut ne pas exister en Bretagne ou Basse Normandie... et vice-versa.

Il est important de bien comprendre que les aides sont accordées aux entreprises en bonne santé financière !

Pour plus d'informations :


Fonds européens : http://www.fse.gouv.fr
Ministère de l'économie, des finances et du commerce extérieur : http://www.economie.gouv.fr/
Ministère de l'industrie : http://www.industrie.gouv.fr/



Quelles sont les autres modes de financement les plus courant pour un investissement ?


Le crédit-bail mobilier : il s'agit d'un crédit, régi par le code monétaire et financier (articles L. 313-7 et suivants) et permettant l'acquisition d'un bien en échange de redevances et avec option d'un droit de propriété à l'échéance. L'entreprise choisit un matériel, que l'organisme de financement achète au fournisseur pour le louer ensuite à l'entreprise cliente. (à la fin du contrat l'entreprise est propriétaire du bien). Cet organisme n'est pas nécessairement celui que vous propose le vendeur. Votre banque a certainement une filiale spécialisée.


La location longue durée : la location longue durée se différencie du crédit-bail dans le sens où il s'agit d'une location simple sans possibilité pour le locataire de devenir propriétaire à l'issue du contrat. Généralement ce type de contrat est assorti d'un ensemble de services complémentaires : entretien, réparation, assurance, garantie de continuité de service... Ces formules sont souvent utilisées pour l'acquisition de véhicules professionnels... mais également de matériels de bureau ou informatique (à éviter). Le principe à retenir est qu'à l'issue du contrat, l'entreprise devra en signer un nouveau ou continuer de payer pour conserver l'usage du matériel ! Donc, s'il n'y a pas un réel service apporté par le loueur, choisissez un crédit-bail.


Le lease-back : opération dans laquelle l'entreprise déjà propriétaire d'un bien, le vend à un organisme de financement qui le lui cède ensuite dans un contrat de crédit-bail.

www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de la Chambre Professionnelle du Conseil en Bretagne Breizh-Conseil et  de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire