vendredi 9 septembre 2016

RETARDS DE PAIEMENT AU 2EME TRIMESTRE 2016

RETARDS DE PAIEMENT AU 2EME TRIMESTRE 2016



L'observatoire des comportements de paiement, du cabinet Altarès, a publié le 6 septembre dernier, son rapport trimestriel d’analyse des retards de paiement en France et en Europe. 

Amélioration en France et en Europe, où le retard moyen tombe à son niveau le plus bas depuis 4 ans à 13,5 jours de retard.


En France, les retards de paiement reviennent selon Thierry MILLON à leur niveau d'avant la crise. Altares constate une diminution des retards de paiement mais cette moyenne masque des situations très différentes.

T2 2015 : 13,6 j     T3 2015 : 13,2 j     T4 2015 : 12,9 j     T1 2016 : 12,6 j     T2 2016 : 12,2 j



Comment analyser les comportements de paiement ?

1) Le retard moyen : 12,2 jours.(amélioration de 0,4 jours par rapport au trimestre précédent)

2) Les paiements sans retard : 38,7 % des entreprises honorent leurs factures à l'échéance convenue, contre 38,1 % au 1er trimestre 2016. Il s'agit donc ici d'une amélioration.

3) Amélioration importante sur le front des grands retards de paiement, de plus de 30 jours, qui sont en très fort recul : 6,8  % contre 7,8 % au trimestre précédent.


Catégorie Juridique                 Jours de retard% retard de plus de 30 jours
Entrepreneur individuel12,38,3 %
Société commerciale12,56,8 %
Association11,65,7 %
Personne morale de droit public12,14,3 %
Établissement public administratif8,83,3 %
Collectivité territoriale7,82,8 %
Administration de l'état14,26,3 %
Moyenne France12,26,8 %


La situation des entrepreneurs individuels et des entreprises de moins de 3 salariés se dégrade. Leur poids économique est limité mais le nombre de ces entreprises est très important.


Enfin, l'étude d'Altarès répertorie les différences de comportement entre les régions. 





Les régions les plus respectueuses des délais de paiement restent quasi inchangées (Nouvelle Aquitaine, Bretagne, Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche comté).

L'amélioration des délais de paiement est générale dans toutes les régions.métropolitaines.
La région parisienne conserve sa place de plus mauvais élève. Seules 27,4 % des entreprises y respectent les délais de paiement.

Il existe des différences importantes entre les secteurs d'activité.
Paiement sans retard :
  • Agriculture                                    43,0 %
  • Construction                                 51,8 %
  • Commerce                                   36,3 %
  • Industrie                                       31,3 %
  • Information et communication        26,6 %
  • Transport et logistique               23,9 %
  • Finance et assurance                     40,3 %
  • Services aux entreprises                32,6 %
  • Services aux particuliers                42,7 %
  • Hôtels et restauration                    30,9 %
  • Autres activités                             37,4 %
Dans 3 secteurs d'activité, Altarès constate une dégradation des paiement sans retard : le commerce, les services aux particuliers, l'hôtellerie et la restauration.

Il faut également noter l'augmentation des retards de paiement de plus de 30 jours dans l'agriculture, le commerce, l'industrie, le transport-logistique, le secteur finance-assurance, les services aux entreprises, les services aux particuliers, l'hôtellerie-restauration.

"La présence dans les statistiques d'Altarès, des acteurs publics (établissements publics administratifs, collectivités territoriales, administration de l'état)  nuit lourdement à la lecture et l'analyse des données. Presque tous les secteurs des entreprises privées voient une dégradation des  gros retards de paiement. Parallèlement, la moyenne générale diminue d'une journée."

Ces grands retards de paiement, des entreprises, doivent alerter les fournisseurs, car une entreprise qui paie ses fournisseurs avec plus d'un mois de retard est proche de la défaillance !

Pour améliorez le recouvrement de vos créances contactez-nous :
OuestGEST, Conseil en prévention des impayés, assiste les dirigeants et leurs équipes pour réduire le risque-client, diminuer les impayés et améliorer la trésorerie.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire