mercredi 4 novembre 2015

LES IMPAYES DU BATIMENT

LES IMPAYÉS  DU BÂTIMENT

Crédit photo @OuestGEST - Christian Hardy


Vendredi dernier, Sébastien CHABAS signait dans la revue Batiactu un article titré "Les artisans du bâtiment broient du noir" (lien). Dans cet article, le journaliste soulignait le "climat d'activité des TPE bien dégradé".

L'UPA, réseau d'entreprises de proximité, représentant 1,3 millions d'entreprises, vient de publier sa dernière enquête de conjoncture pour le 3ème trimestre 2015. Si tous les secteurs sont touchés, celui du bâtiment et des travaux publics reste très impacté et la sortie de crise n'apparaît toujours pas !

"Plus l'entreprise est petite, plus elle concentre les difficultés" or l'immense majorité des entreprises sont des TPE. La France comptait 3 416 182 TPE (hors agriculture) qui employaient (en plus de l'entrepreneur non-salarié et de son éventuel conjoint non-salarié) 2,815 millions de salariés, selon l'INSEE (2012).

Côté accès au crédit, les TPE accèdent assez largement aux crédits d'investissement "immobilier" mais pour les crédits de trésorerie c'est une autre affaire. Les crédits sont souvent demandés trop tard et ne sont acceptés que dans 59 % des cas (BDF).



Les publications de l'INSEE vont dans le même sens.

Selon le dernière enquête trimestrielle de conjoncture dans l'artisanat du bâtiment de l'INSEE (octobre 2015) le climat conjoncturel reste dégradé. Le moral des professionnels n'est pas bon.


L'activité de nombreuses entreprises du secteur du bâtiment avait été soutenue par les travaux de rénovation énergétique, et beaucoup de chefs d'entreprise avaient effectué les démarches pour obtenir la Certification RGE. Désormais, les travaux de rénovation énergétique marquent le pas. L'augmentation du nombre de professionnels reconnus RGE a entraîné un accroissement de l'offre et une diminution des prix, alors que dans le même temps la demande montrait ses limites.

L'effet "Duflot" a brisé durablement la dynamique des investissements dans l'immobilier locatif.

La baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales entraîne une diminution de leurs investissements, qui ne fait que commencer, car la mesure budgétaire s'étale de 2015 à 2017. Lire l'article de Marie Théobald dans le Figaro (lien)


Que reste-il ? La construction de maisons individuelles. Malgré des taux d'intérêts très attractifs, les particuliers n'ont toujours pas repris le chemin de la construction de logements. On construit 50 % de maisons individuelles en moins qu'il y a 10 ans.



Les défaillances d'entreprises du secteur de la construction

Le nombre des dépôts de bilan du 3ème trimestre 2015 diminue notablement. 2 968 entreprises ont fait l'objet d'une procédure collective de RJ/LJ contre 3 232 l'année précédente (-8,2 %).

Ce nombre redescend presque au niveau de procédures du 3ème trimestre 2012. Il avait augmenté en 2013 et 2014.

Thierry Millon, le Responsable des études d'Altares, souligne un danger potentiel pour les prochains mois en cas de véritable reprise de l'activité, en raison de l'allongement des délais de paiement. Certaines entreprises pourraient être en difficulté financière malgré un carnet de commandes plein.

Des délais de paiement qui s'allongent

Comme les autres secteurs d'activités, celui du bâtiment enregistre un allongement des délais de paiement, signe évident d'une tension des trésoreries.

Le nombre de jours de retard est de 9,8 jours au deuxième trimestre 2015, en constante dégradation, trimestre après trimestre, depuis plusieurs années.

Comment se protéger contre les retards de paiement et  les factures impayées ?

Participez aux Wébinaires gratuits sur les secrets d'un recouvrement de créance efficace.

Prochain webinaire le jeudi 5 novembre 2015 à 11h00.


www.ouestgest.com



----

sources : 

http://www.insee.fr/fr/indicateurs/ind59/20151027/Artisanat_oct15.pdf
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CS689.pdf

Aucun commentaire:

Publier un commentaire