dimanche 8 juin 2014

IMPACT DES DELAIS DE PAIEMENT


IMPACT DES DÉLAIS DE PAIEMENT



Du 15 au 27 mai dernier, l'institut de sondage OpinionWay a réalisé une enquête terrain auprès de 403 Chefs d'entreprise, dont les trois-quarts dans des PME de plus de 20 salariés.

A) Sous le titre, "Le non respect des délais de paiement des factures reçues par les entreprises" les dirigeants devaient répondre à la question "Vous-même, quel pourcentage de vos factures ne réglez-vous pas dans les délais normaux ?".

La question introduit un  biais. Qu'est-ce que le délai normal ? Pour certains Chefs d'entreprise, nous sommes loin du respect de la date d'échéance contractuelle, mentionnée sur la facture du fournisseur.

65% des Chefs d'entreprise affirment que toutes leurs factures sont payées dans les délais normaux !
 
Dans l'échantillon d'entreprises interrogées, la réponse aurait du être d'environ 22 % si l'on se réfère aux résultats des enquêtes d'Altares. La notion de délai normal laisse trop de marge d'appréciation à la personne interrogée.

B) Sous le titre, "Le non respect par les clients des délais de paiement des factures" les dirigeants devaient répondre à la question "Quel pourcentage de vos factures clients n'est pas réglé en respect des délais de paiement ?".

Cette fois, le délai normal disparait... et la réponse change radicalement.

Pour les Chefs d'entreprise, seules 25 % des factures clients sont effectivement payées à l'échéance.

C) Raisons des retards de paiement des clients




 D) L'impact du non respect des délais de paiement (important et très important)

  • 53 % sur la trésorerie
  • 48 % sur le moral du chef d'entreprise
  • 41 % sur les coût et frais de gestion
  • 41 % sur les relations avec les clients
  • 33 % sur les relations avec la banque
  • 33 % sur la capacité d'investissement de l'entreprise
  • 25 % sur la capacité de l'entreprise à embaucher

En majorité, les Chefs d'entreprise se disent mal protégés par la loi, mais 77 % d'entre eux ont le sentiment d'être bien accompagnés par leur banque pour limiter ce risque et avoir de la souplesse dans leur trésorerie.

Le taux effectif moyen pratiqué par les banques, pour un découvert professionnel, est de 10,03 % au 1er trimestre 2014. (source Banque de France lien)

Dans ces conditions, le banquier peut effectivement accompagner le dirigeant... mais dans quel direction ?

Enfin, pourquoi se priver d'un tel pactole lorsque l'on sait que 82 % de ces entreprises ne font pas appel à des spécialistes du recouvrement ou de l'affacturage !




----
OuestGEST, Conseil en crédit management, et Conseil en trésorerie des PME et TPE assiste les dirigeants et leurs équipes pour diminuer les impayés et améliorer la trésorerie de l'entreprise.


www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire