vendredi 18 avril 2014

BTP : ENTRE DIFFICULTES ET ESPOIR DE RELANCE

BTP : ENTRE DIFFICULTÉS ET ESPOIR DE RELANCE

Montpellier croissance

By Fred.th (Own work) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC-BY-SA-3.0-2.5-2.0-1.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons


Le 25 mars dernier, le Ministère du logement publiait les dernières données :
  • Recul de 9,9 % des mises en chantier de logements neufs en France, sur un an, pendant les trois mois allant de décembre à février, pour s'établir à 79.283.
  • Chute du nombre de permis de construire accordés pour des logements neufs, de 22 % sur la même période, à 91.398.
Le secteur du bâtiment souffre depuis plusieurs années et la situation ne devrait pas s'améliorer en 2014 car ce nombre de permis de construire nous annonce une nouvelle diminution des mises en chantier.

Construction : un secteur en difficulté

Au premier trimestre 2014, 4 863 entreprises du BTP ont déposé le bilan, soit une augmentation de 3,3 % par rapport à 2013. Thierry Millon, le Responsable des études d'Altarès rapporte que certains métiers sont particulièrement touchés par ces dépôts de bilan :
  • Les travaux de revêtement des sols et des murs (+ 23 %)
  • La menuiserie (+ 13 %)
  • Les travaux de plâtrerie (+ 3 %)
  • La charpente et la couverture (+ 5 %)
  • La construction de maisons individuelles (+ 4 %)

Les taux d'intérêt attractifs, facteur de relance !

Cependant, malgré une conjoncture qui s'assombrit également pour la construction de maisons individuelles, la Banque de France annonce pour février, une accélération de la croissance annuelle du crédit à l’habitat aux particuliers (+3,5 % après +3,2 % en janvier).

Il est vrai que les taux d'intérêt sont particulièrement attractifs, ainsi la Banque de France publie régulièrement les taux effectifs constatés. 


Mettre les établissements financiers en concurrence

L'évolution de ces taux entraîne une diminution des crédits révisables et réduction des durées. Dans un cas sur 6, la durée d'amortissement reste cependant supérieure à 25 ans.

Si le taux moyen des crédits immobilier reste supérieur à 3 %, le particulier a intérêt à faire jouer la concurrence pour obtenir un prêt compétitif. Des sites tels que Simulationdepretimmobilier.com permettent d'effectuer des simulations et de mettre en concurrence les établissements bancaires. 

A court terme, les taux d'intérêt resteront bas, mais à plus long terme une augmentation est probable.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire