mardi 17 décembre 2013

ECHANGE DE BIENS OU DE SERVICES ENTRE LES ENTREPRISES

ÉCHANGE DE BIENS OU DE SERVICES ENTRE LES ENTREPRISES


Le troc est une pratique ancestrale. Il a longtemps constitué la seule possibilité d'échanges commerciaux.

Les facilités d'utilisation des différentes monnaies ont rendu la pratique du troc marginale entre entreprises. Aux USA, dans les années 30, le troc (barter en anglais) est réapparu pour financer des opérations publicitaires. En dehors de toute transaction financière, une entreprise échange un bien ou un service, contre un autre.

Quand l'échange ne concerne que deux entreprises, la solution est assez simple, souvent de gré à gré, mais à partir de 3 entreprises la relation devient plus complexe :
  • il faut s'entendre sur nature des biens ou des prestations,
  • il est nécessaire de trouver d'autres partenaires,
  • les valeurs des biens ou prestations peuvent être différentes.

Paradoxalement, on doit alors parfois faire appel à un paiement partiel en monnaie fiduciaire et/ou à une autre unité permettant l'échange, puis à un tiers (courtier) chargé de mettre en relation les entreprises. Dans ce cas, le courtier est un facilitateur et il sécurise les transactions en intervenant comme un tiers de confiance.

En France, la pratique du troc est ré-apparue dans les années 90 mais les montants actuels sont très faibles. Selon certaines sources, le développement des échanges permettrait de générer un chiffre d'affaires complémentaire de 3 à 5 %.

En 2012, la DGCIS a missionné le cabinet Sofred Consultants, pour réaliser une étude prospective, dans le cadre du pôle interministériel de Prospective et d’Anticipation des Mutations économiques.

Selon cette étude, les échanges interentreprises pourraient concerner 500 000 sociétés françaises, pour un chiffre d’affaires de 15 Md€.

Cette étude liste 8 règles d'Or à respecter dans cette pratique :
  1. Adopter un état d'esprit coopératif,
  2. Analyser ses besoins autant que ses offres,
  3. Échanger à titre complémentaire et non principal,
  4. Ne pas devenir dépendant des échanges pour le processus de création de valeur de l'entreprise,
  5. Éviter de créer sa propre concurrence,
  6. Préserver les actifs stratégiques,
  7. Compenser pour revenir à l'équilibre rapidement,
  8. Échanger au bon prix.
Voici, ci-dessous le Guide Pratique des échanges inter-entreprises de biens et services de la DGCIS.


Plus d'infos sur : http://www.entreprises.gouv.fr

Quelles précautions prendre ?
  • S'assurer de la qualité du courtier et du réseau : il y a eu plusieurs cas de faillites.
  • Plus le réseau est important, plus l'entreprise a d'opportunités pour trouver une contrepartie.
  • Limiter l'utilisation du troc aux cas où une transaction traditionnelle n'est pas possible.
  • Privilégier les relations de gré à gré avec un partenaire de confiance, mais en restant sur des volumes réduits car ces transactions doivent rester accessoires.
  • Solder les positions le plus rapidement possible.
-----
OuestGEST, Conseil en crédit management, assiste les dirigeants et leurs équipes pour réduire le risque-client, diminuer les impayés et améliorer la trésorerie et les performances de l'entreprise.


www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire