mardi 15 octobre 2013

EMPLOI : COLERE ET INQUIETUDE EN BRETAGNE


EMPLOI : COLÈRE ET INQUIÉTUDE EN BRETAGNE

Longtemps épargnés par les plans sociaux et  les vagues  de licenciements qui ont touché les régions plus industrialisées, les bretons encaissent durement les mauvaises nouvelles qui se succèdent depuis plus d’un an.

Tout a commencé avec la mise en redressement judiciaire du groupe finistérien DOUX en juin 2012. Ce groupe est le 1er producteur européen de volaille et de produits élaborés à base de volaille. Il emploie plus de 2 000 collaborateurs et fait travailler plus de 300 partenaires éleveurs. La période d’observation a été prolongée jusqu’à fin novembre 2013.

En février 2013, la mise en redressement judiciaire de GAD frappe à nouveau le Finistère, le Morbihan et la Loire-Atlantique. GAD employait près de 2000 salariés. Le plan social validé vendredi dernier, 11 octobre par le Tribunal de Commerce prévoit près de 1000 suppressions d’emplois.

L’Ille-et-Vilaine n’est pas épargnée avec les suppressions d’emplois annoncées chez  PEUGEOT-CITROËN, RENESAS et ALCATEL.

L’impact de ces licenciements et de la diminution d’activité de ces entreprises va bien au-delà des chiffres annoncés, car ils touchent également les entreprises sous-traitantes, les fournisseurs et l’ensemble du tissu économique local. Pour un emploi perdu chez GAD ou ALCATEL, combien d’autres seront perdus chez leurs partenaires ?

Dans les grands groupes, les mesures d’accompagnement (outplacement, reclassement, formation…) aident les salariés dans leur recherche d’emploi, mais dans les petites entreprises ces mesures n’existent pas.

Partout en France, de nombreux cabinets de conseil en ressources humaines, tels que Var, conseil rh interviennent pour accompagner les demandeurs d’emplois mais lorsqu’une région entière subit des licenciements, la tâche est particulièrement ardue.

Notons également que les défaillances d'entreprises coûtent cher à leurs fournisseurs.

Selon une étude de l'Académie Comptable, chaque année 15 milliards d'euros disparaissent ainsi. Lorsque le fournisseur a souscrit un contrat d'assurance-crédit, il limite sa perte, mais la grande majorité des petites PME n'a aucune protection.

-----

OuestGEST, Conseil en crédit management, assiste les dirigeants et leurs équipes pour réduire le risque-client, diminuer les impayés et améliorer la trésorerie et les performances de l'entreprise.


www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire