dimanche 29 juillet 2012

29/07/2012 - LA CONJONCTURE ECONOMIQUE FRANCAISE EN 10 GRAPHIQUES

LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE FRANÇAISE EN 10 GRAPHIQUES


Coe-Rexecode est le premier institut d’analyse économique et d’études conjoncturelles français, indépendant des pouvoirs publics, libre de toute attache politique et de toute référence à une doctrine économique.

Le Centre d’observation économique et de Recherche pour l’Expansion de l’économie et le Développement des Entreprises COE-REXECODE publie sur son site une synthèse sur la conjoncture économique française. Ce document reprend des informations de plusieurs origines : INSEE, DOUANES, DARES, BANQUE DE FRANCE...

http://www.coe-rexecode.fr/public/Indicateurs-et-Graphiques/La-conjoncture-en-10-graphiques/La-conjoncture-economique-francaise-en-10-graphiques

1. Croissance du PIB

Depuis le début 2011, la croissance du PIB en volume diminue. Le rythme annuel atteignait environ 2 % en 2010, mais s'il reste positif, on constate désormais qu'il baisse régulièrement et se rapproche de 0 %.

2. Rythme d’activité sous-jacente

Cet indicateur mesure la « vitesse instantanée » sous-jacente de l’économie française en taux annuel. Il est issu d'un calcul Coe-Rexecode effectué à partir des enquêtes de conjoncture. Depuis le début de l'année 2012, le rythme semblait repartir à la hausse 0,7 en juin 2012. La période estivale risque d'être décisive !

3. Production industrielle

Après une chute vertigineuse en 2008, l'indice de la production industrielle calculé par l'INSEE progressait jusqu'à la mi 2011, mais il régresse constamment depuis 1 an. En mai 2012, il s'établit à 89,8 contre 100 en 2005.

4. Exportations de produits industriels

Contrairement aux discours dénonçant régulièrement l'incapacité des industriels français à exporter, cet indicateur (Douanes françaises) affiche une relativement bonne santé de nos exportations. Certes, en 2008 la crise financière avait fait reculé les exportations, mais depuis 2009 la reprise est constante et ces exportations sont à des niveaux records.

5. Enquête auprès des directeurs d’achat

Cette enquête de PMI - Markit, reflète le "climat des affaires". Il reflète la morosité ambiante. Depuis 1 an, l'indice est négatif.

6. Prix à la consommation

Il n'y a pas de tension inflationniste. Les variations affichées par cet indice de l'INSEE entre 2007 et 2010 ne sont que le reflet des variations du prix du baril de pétrole. Il est intéressant de le comparer à l'évolution du prix du baril sur le site http://prixdubaril.com .

7. Emploi salarié
8. Taux de chômage

Ces deux indices mettent en évidence l'impact de la crise de 2008-2009, avec une forte reprise du chômage depuis 4 ans allant même jusqu'à une diminution de l'emploi salarié en 2008-2009. La reprise de l'emploi salarié en  2010-2011 n'a pas suffit pour faire diminuer le chômage.

9. Consommation des ménages

Selon  COE-REXECODE, l'indice INSEE des achats de produits manufacturés a explosé entre 1997 et 2007, passant de 27 à 37 milliards et depuis 2007 malgré les fluctuations dues à la crise économique cette consommation des ménages reste à un niveau très élevée et constitue un soutient fondamental pour l'activité économique.

10. Nouveaux crédits aux entreprises et aux ménages

Ces informations publiées par la Banque de France font apparaître de très fortes fluctuations. Les crédits aux entreprises avaient fortement augmenté entre 2006 et 2008. Ces crédits reviennent à des niveaux plus bas mais restent conformes à la tendance à moyen terme.

En revanche, les variations des crédits aux ménages sont considérables mais le choix de l'échelle du graphique de COE-REXECODE est trompeur et amplifie visuellement les variations.


Synthèse de OuestGEST

  • L'économie français n'est pas en récession mais l'attentisme prédomine. 
  • La consommation des ménages demeure élevée et soutient l'activité industrielle. 
  • Le moral des décideurs reste morose et le chômage augmente. 
  • Il n'y a ni inflation ni déflation, probablement grâce à la demande mondiale qui reste forte. 
  • Les banques n'ont pas coupé le crédit et les entreprises peuvent dire merci au médiateur du crédit.

OuestGEST assiste les dirigeants et leurs équipes pour réduire le risque-client, diminuer les impayés, et améliorer la trésorerie et les performances de l'entreprise.



www.ouestgest.com/nous-contacter

OuestGEST est membre de la Chambre Professionnelle du Conseil en Bretagne Breizh-Conseil et  de l'Association Française des Crédits Managers AFDCC.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire